Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Jean-Marc Bouet

Oui.

Les élus du comité social et économique (CSE) disposent d’un droit à circuler librement dans l’entreprise dans l’exercice de leur mandat de représentant du personnel, notamment pour échanger avec les salariés ou observer les conditions de travail et de sécurité. Ce droit s’applique toujours lorsqu’un élu du CSE est en grève.

L’employeur ne peut pas obtenir à l’encontre des élus du CSE grévistes présents dans les locaux de l’entreprise une ordonnance d’expulsion aussi simplement que pour des salariés grévistes non élus. Il n’est possible pour l’employeur de s’opposer à la présence des élus grévistes dans les locaux que dans un cas : des abus commis par les élus gréviste, abus au sein des locaux de l’entreprise.

L’employeur, s’il constate selon lui des abus, peut alors légitimement interdire la présence des élus grévistes dans l’entreprise jusqu’au terme de la grève. Les élus ayant la possibilité de contester l’existence d’abus devant les juges.

Un élu du CSE peut placer des heures de délégation pendant une période de grève. Mais il conserve sa liberté de déplacement dans l’entreprise même s’il y pénètre sans avoir au préalable posé des heures de délégation. Sous réserve qu’il y effectue ses missions d’élu et n’apporte pas de gêne importante à l'accomplissement du travail des salariés non-grévistes.

Source: edition TISSOT

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article